ANGUIS IN HERBA - Le serpent sous l'herbe

26 août 2007

Ubi bene, ibi patria

Depuis l'émission-fiction maladroite de la RTBF, depuis les dernières élections et la nomination d'Yves Leterme comme formateur, nous lisons de plus en plus de déclarations et d'articles dans la presse parlant de la fin de la Belgique. Certains disent que cette fin est maintenant inévitable suite à l'échec du formateur à imposer les vue flamandes au pays tout entier. Constatant que ce genre de propos devient de plus en plus fréquent dans les journaux et les forums internet, je me dois de réagir.

Au lieu de se faire mousser avec des déclarations explosives et des projets de politique-fiction comme l'éclatement de la Belgique ou le rattachement d'une partie du pays avec tel ou tel autre pays, on ferait mieux de consacrer nos énergies à faire autre chose.

N'oublions pas que nous avons l'Europe à construire. N'oublions pas que la Belgique s'est forgée une culture unique et que la faire disparaître pour des raisons bassement politiciennes est tout simplement irresponsable.

Comment des personnes peuvent propager de tels propos sans aucune gène alors que dans bien des familles belges, des parents, des grands-parents et des arrières grands-parents se sont battus et certains sont morts pour notre pays ? Il s'agit ni plus ni moins d'un manque de respect vis à vis de toutes ces personnes qui sont de notre famille, de notre sang ! En finir avec la Belgique devrait normalement être la pire insulte qui puisse nous être faite, étant donné le prix payé par beaucoup pour la créer, la construire et la conserver.

Devenir Français ? Pour ma part, il n'en est pas question ! J'ai le respect de mes ancêtres et je conserverai la nationalité et la culture qu'ils m'ont laissés. Laissons la France aux Français et arrêtons de nous tourner vers les autres pour faire le boulot à notre place. On a reçu un héritage, c'est la Belgique, c'est l'Europe. Notre devoir n'est pas de disperser cet héritage mais de le faire fructifier, de l'améliorer.

N'avons-nous pas des enjeux plus importants ? Ne devons-nous pas consacrer toute notre énergie pour lutter contre le réchauffement climatique, pour la recherche d'énergie plus propre ? A l'heure où le monde devient un village, on crée des querelles de voisinage totalement artificielles au lieu de résoudre les vrais problèmes.

On sera bien si dans 10 ans, la Belgique aura disparu et nos moyens publics compromis alors que nous mourrons tous à petit feu sur une planète ultra-polluée et ravagée par des cataclysmes naturels de toute sorte !!! Que dirons-nous à nos enfants ? Que nous avons préféré nous quereller plutôt que de retrousser nos manches pour leur donner de l'oxygène ?

Bon, je sais ... je caricature un peu la situation future mais je pense que toute caricature renferme une (grande) part de vérité !

Ubi bene, ibi patria - La patrie est là ou on se sent bien.

Et la patrie n'est pas seulement un lieu, une terre ! C'est un ensemble de traditions, de grandeur et d'infortune que nous avons en commun. On ne peut pas plus renier sa patrie que l'on peut renier sa parentée, sa famille.

La Belgique est notre patrie et nous avons un fameux héritage commun, que l'on soit francophones ou flamand. La patrie est une notion tellement importante que le révolutionnaire Danton avait refusé de quitter la France pour échapper à son exécution : "On n'emporte pas la patrie à la semelle de ses souliers !", disait-il à ses amis !

1 Commentaires:

  • Oh mais quel bonheur de lire des mots intelligents...c'est tellement rare dans la presse actuellement...belge je suis,belge je resterai et fière de l'être !
    Merci à vous

    Par Anonymous Francine S, à  1 septembre 2007 à 09:01:00 UTC+2  

Enregistrer un commentaire

<< Début